Blanchiment d’argent: la National Australia Bank admet des faiblesses

Rédigé par: Le Figaro.fr avec AFP

Un deuxième grand établissement bancaire australien, la National Australia Bank (NBA), a reconnu des "faiblesses" dans ses mesures de lutte contre le blanchiment d'argent, après l'assignation en justice du premier prêteur du pays pour violations "graves et généralisées" de la loi. Le service du renseignement financier Austrac avait assigné début août la Commonwealth Bank, première entreprise d'Australie par la capitalisation boursière, devant la Cour fédérale. Elle est soupçonnée d'avoir contrevenu 53.700 fois à la loi sur le blanchiment et le financement du terrorisme, en particulier avec ses automates de dépôts d'espèces.

A la suite de cette affaire, les appels s’étaient multipliés pour réclamer une enquête de la commission royale sur le fonctionnement des grandes banques. La Commonwealth a annoncé la démission en 2018 de son directeur général Ian Narev. La NAB a déclaré mardi dans son rapport annuel qu’elle renforçait ses procédures de contrôle du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme.

La banque “enquête actuellement sur un nombre de problèmes identifiés et est en train d’y remédier”, y compris “certaines faiblesses” s’agissant des procédures de vérification de l’identité des clients et de la surveillance de certaines transactions. “Il est possible”, prévient la banque, “qu’à mesure de la progression de l’enquête, de nouveaux problèmes soient identifiés et qu’il faille renforcer davantage les contrôles”.

À lire aussi: Panama Papers – Cible intouchable au Québec?

 

Article original